Le “ finissage des Nouvelles métamorphoses ”
19/07/2018

Inaugurée le 16 juin, la version 2018 des Nouvelles Métamorphoses s’est achevée dimanche 8 juillet par le « finissage ». Une fin toute en beauté et en toute convivialité qui regroupait la plupart des artistes dans le jardin à l’entrée de l’orangerie accompagnée d’un remarquable « piano bar ». Innovation réitérée cette année, c’était l’occasion de remettre leurs prix aux artistes qui ont exposé dans les galeries et dans le jardin de l’orangerie sur le thème « Turbulences ».
Le prix de La Mothe-Saint-Heray (250 €) a été remis à Christine Anziani ; le prix des Nouvelles Métamorphoses (150 €) a couronné l’œuvre d’Andrée Bars. Le prix « Art Book » (une page dans la revue) a été attribué à Martine Reverchon Billot. Ces récompenses ont été remises en présence d’Alain Delage, maire de La Mothe, de Françoise Barny, adjointe à la culture, cheville ouvrière du festival et de nombreux élus dont Delphine Batho. Le thème de l’an prochain n’a pas été dévoilé. Unanimement les élus présents ont exprimé leur souhait que les Nouvelles Métamorphoses puissent dans les années qui viennent accroître encore leur rayonnement et constituer un pôle artistique incontournable dans notre région.

Nouvelle république, Deux-Sèvres, Mothe Saint Héray

Art contemporain : entre recyclage et écologie
04/07/2017

L'art contemporain aussi est influencé par la grande vague de la récupération et du recyclage d'objets abandonnés qui, recueillis, renaissent entre les mains de l'artiste. Il peut s'agir de vieux outils, des éléments de machines anciennes ou même des graines ou des plantes. Ainsi Martine Reverchon Billot fait de l'extraordinaire à partir de l'ordinaire.

« Mon travail se nourrit de végétaux auxquels j'essaie de redonner vie par des opérations plastiques successives », affirme-t-elle. C'est ainsi qu'elle travaille à partir de grains de maïs, de graines, de toutes sortes d'éléments de biodiversité fournies par des associations qui pourraient apparaître à bien des égards sans intérêt et qui entre ses mains acquièrent une haute valeur artistique.
« J'aime construire des ponts et relier des mondes qui au premier abord n'ont rien à faire ensemble », explique-t-elle. Cette inspiration née de l'écologie du recyclage et de la récupération s'affirme peu à peu. Ainsi Fredy Gautier, le métalliste, prix « Art Presse », crée des animaux fantastiques à partir de vieilles pièces métalliques récupérées au fond de vieilles caisses oubliées, dans des granges de fermes ou à l'arrière d'un garage, toutes ces pièces de ferraille sont recyclées et détournées. « Ces assemblages prennent vie et renaissent sous forme d'animaux. Les pièces abandonnées restent économiquement inutiles, mais en revanche reprennent une nouvelle vie », explique-t-il.

Nouvelle république, Deux-Sèvres, Mothe Saint Héray

 

Première exposition " Entre terre et ciel "

04/04/2013

Première exposition personnelle à la galerie du Mouton Noir pour Martine Reverchon-Billot et sa deuxième vie d'artiste.

Après son parcours de documentaliste dans l'Éducation nationale, Martine Reverchon-Billot n'aspirait pas vraiment au calme de la retraite. « C'est comme si j'avais changé d'activité. Je suis seule dans mon atelier, je m'impose des horaires. » Après avoir fréquenté pendant six ans les cours de Bernard Grellier à l'école des Beaux-Arts, l'élève se sent aujourd'hui prête à voler de ses propres ailes, à s'élever entre terre et ciel à l'image de son travail.
Depuis son jardin bio qu'elle affectionne particulièrement, elle tire des éléments végétaux pour un véritable recyclage plastique. Son travail a comme un goût de fraternité avec les arts premiers et peut parfois s'apparenter à une sorte de momification. Chaque pièce véhicule cette aspiration vers le haut, une élévation que l'artiste transcrit dans son propre parcours : « Decco Couturier m'avait accueilli l'an passé pour le Chemin des ateliers et m'avait dit " lance-toi, fais une expo en solo ". Je craignais un peu, mais les rencontres sont un vrai plaisir. Le regard de l'autre ouvre de nouvelles pistes. »

« Entre terre et ciel », sculptures de Martine Reverchon-Billot jusqu'au 6 avril à l'atelier-galerie du Mouton Noir, 20, place Montierneuf. L'artiste est présente de 15 h à 19 h.

La Nouvelle république

.

Des écoliers passionnés par l'art

03/02/2015

 

 

 

Martine Reverchon-Billot explique aux élèves comment elle a réalisé son tableau « Dénature » /Photo. DDM

 

Tout a commencé avec l'exposition de Martine Reverchon-Billot intitulée «Dénature», à la galerie Ingres, au siège de Canope de l'académie de Toulouse. Catherine Vidal y emmène ses élèves de CM1 qui sont émerveillés par ces œuvres faites «d'amas de branches entremêlées, de racines chevelues, écorces béantes, bouquets fanés», telles que les présente l'artiste. Le projet d'atelier d'écriture, cher à Catherine Viadal, peut démarrer. Par groupe, les élèves choisissent un œuvre et laissent vagabonder leur imagination… mais pas n'importe comment, il faut écrire un texte en rapport avec ce qu'ils ressentent. Les ateliers sont menés avec l'écrivain Lionel Hignard qui les guide pour les réécrire, les raccourcir et les mettre en forme. Le metteur en scène Brice Pomès aide les élèves à mettre en voix ces textes.

Sûr d'eux, sachant leur texte et parfaitement à l'aise dans leur nouveau rôle, les écoliers ont enchanté le public en interprétant leurs propres textes, devant Martine Reverchon-Billot émue par la perception que ces enfants avaient de ses œuvres.

Puis, à la manière de l'artiste, ils ont broyé, écrasé, tamisé des feuilles sèches, afin de les transformer en poudre magique, tout comme celles qui composent le tableau «Dénature», fait de poudres de multiples couleurs, toutes venues de végétaux que l'on trouve en se promenant.

La Dépêche du Midi